Historique du projet

 

Le projet de liaison ferroviaire Roissy-Picardie a fait l’objet d’un débat public organisé du 15 avril au 31 juillet 2010. Le débat public a éclairé sur l’opportunité du projet, avec notamment un consensus sur le principe d’un double service TaGV (Train à grande vitesse) et TER (Train express régional).

Le processus d’élaboration s’est ensuite poursuivi de 2011 à fin 2014 avec deux phases importantes d’études et de concertation, accompagnées par une garante de la concertation. Le projet ainsi établi a été porté à un niveau de précision d’études d’Avant-Projet Sommaire (APS), niveau requis pour la phase d’enquête d’utilité publique.

Ce processus a donné lieu à des bilans de concertation établis par la garante ainsi que des comptes rendus de la part du maître d’ouvrage en fin d’étapes 1 et 2. Ainsi :

  • l’étape 1 (2011-2012) a permis de définir la zone de passage Centre-Nord, la plus favorable, et les aménagements nécessaires pour le raccordement de la ligne nouvelle sur le réseau existant, sur la ligne Paris-Creil et en gare CDG 2 TGV. Elle s’est conclue par la décision ministérielle du 30 avril 2013 ;
  • l’étape 2 (2013-2014) a permis de retenir le tracé de la ligne nouvelle, de préciser les besoins d’aménagements sur le réseau existant et leurs caractéristiques, ainsi que les services proposés.

Sur la période 2015-2017, le schéma de desserte proposé au cours du débat public a été réajusté, aboutissant à la signature d’un protocole d’intention relatif à la desserte TaGV et TER entre la Région Hauts-de-France et SNCF Mobilités le 19 mai 2017. Parallèlement, un protocole de financement de la réalisation pour la première phase a été acté le 3 mai 2017, démontrant la forte implication et la volonté de l’Etat, de la Région Hauts-de-France et des collectivités de la Somme et de l’Oise en faveur de la réalisation du projet.

Calendrier du projet jusqu'à la mise en service

               

Le projet est maintenant retenu par le Gouvernement dans le cadre de la programmation des investissements prioritaires inscrite dans le rapport annexé au projet de Loi d’orientation des mobilités.