Objectifs et caractéristiques

La liaison ferroviaire a pour objectifs, avec le développement de nouveaux services ferroviaires (grande vitesse et TER), de répondre à des enjeux de déplacements nationaux, interrégionaux et locaux :

  • relier les territoires jusqu’à Amiens au réseau à grande vitesse et renforcer ainsi l’accessibilité par le ferroviaire de la partie Sud de la région Hauts-de-France et du Nord-Est du Val d’Oise ;
  • développer l’intermodalité fer-air en gare de Roissy TGV ;
  • améliorer les déplacements quotidiens et l’accès au pôle économique et d’emploi de Roissy en transports collectifs, depuis les territoires situés au nord de la plateforme aéroportuaire (parties du Sud des Hauts-de-France et du Nord-Est du Val d’Oise) ;
  • proposer aux habitants de la région Hauts-de-France (bassin Picardie) un nouvel accès à l’Ile-de-France, dans un contexte où l’augmentation des dessertes vers Paris-Gare du Nord n’est plus possible en heures de pointe.

Favorisant le report modal vers le ferroviaire, le projet s’inscrit dans une perspective de développement durable.

Le projet d’infrastructure

Il comprend les aménagements suivants, dont certains pourront faire l’objet d’une réalisation ultérieure :

  • une ligne nouvelle à double voie de 6,5 km circulable à 160 km/h entre, d’une part, la ligne à grande vitesse d’interconnexion au nord de la plate-forme aéroportuaire de Paris-Charles-de-Gaulle et, d’autre part, le raccordement à la ligne classique Paris-Creil-Amiens au niveau de Marly-la-Ville ;
  • des aménagements sur la ligne classique Paris-Creil-Amiens : l’adaptation de la signalisation de la ligne, le renforcement de l’alimentation électrique de la sous-station de Gonesse et l’électrification des voies de l’atelier de maintenance des rames en gare d’Amiens ;
  • la création d’un nouveau quai en gare CDG 2 TGV et des circulations verticales le desservant, la suppression d’une voie existante pour implanter ce quai et l’ajout de communications ferroviaires permettant aux trains de passer d’une voie sur l’autre. La solution de création de deux quais pour les voies centrales existantes, proposée au moment du débat public, a été abandonnée : l’approfondissement des études a montré que cette solution impliquerait des travaux particulièrement délicats, assortis de délais et de nuisances très importants, et aboutirait à une étroitesse des quais peu adaptée aux flux de voyageurs ;
  • les aménagements en gare de Survilliers-Fosses, avec de nouveaux quais ainsi qu’une passerelle permettant d’accéder à ces quais et d’assurer l’interconnexion avec le RER D ;
  • deux aménagements qui pourront faire l’objet d’une réalisation différée :
    • la création d’un évitement de circulation entre Marly-la-Ville et Survilliers-Fosses ;
    • la création d’une quatrième voie en gare de Chantilly-Gouvieux.

                     Aménagements composant le projet Roissy-Picardie

               

Retrouvez tous les détails des caractéristiques dans le chapitre 4 du dossier de concertation, ainsi que dans le cahier de plans associé.

Les services ferroviaires attendus

Les protocoles d’intention relatif à la desserte et de financement des travaux conclus en mai 2017 prévoient un double service TaGV et TER adapté aux besoins de déplacements à courte et longue distance, avec :

  • une desserte mixte TaGV+ TER sur Amiens :
           2 allers retours TaGV intersecteurs
           3 allers retours TER pour une correspondance à Roissy TGV,
  • complétée par une desserte TER Région Hauts-de-France sur Creil et Compiègne, avec l’objectif d’une fréquence à la demi-heure en heure de pointe sur Creil-Roissy et à l’heure sur Compiègne : 
           6 allers retours TER entre Creil et Roissy TGV
           17 allers retours entre Compiègne et Roissy TGV.

Schéma de desserte prévu selon le protocole de financement

               

La mise en œuvre est prévue sur une large plage horaire (de 6 h à 23 h) dans la journée avec un service renforcé en heure de pointe. Ces dessertes s’ajouteront aux circulations existantes ; elles seront assurées par du matériel roulant à grande vitesse exploité sur le réseau national (pour les TaGV) et du matériel roulant TER déployé par l’Autorité organisatrice des mobilités (Région Hauts-de-France).

La tarification adoptée pour les voyageurs relèvera le moment venu des décisions de l’Autorité organisatrice pour les trafics TER (Région Hauts-de-France et IDF Mobilités) et des entreprises ferroviaires assurant des services à grande vitesse.

Les temps de parcours

Les temps de parcours vers Roissy avec les futurs services ferroviaires sont les suivants (temps de gare à gare, susceptibles d’ajustements mineurs en fonction des contraintes de construction des horaires), comparés aux temps de trajet actuels.

       Amiens - Roissy
       Aujourd’hui : 1h40 (TER+RER B) // Demain : 57 minutes en TaGV ; 1h02 en TER

       Creil - Roissy
       Aujourd’hui : 1h10 (TER+RER B) // Demain : 17 minutes en TaGV ; 22 minutes en TER

       Compiègne - Roissy
       Aujourd’hui : 1h20 (TER+RER B) // Demain : en 45 minutes en TER

       Pont-Sainte-Maxence – Roissy
       Aujourd’hui : 1h20 (TER+RER B) // Demain : en 35 minutes en TER

       Chantilly-Gouvieux - Roissy
       Aujourd’hui : 1h05 (TER+RER B) // Demain : en 16 minutes en TER

       Survilliers-Fosses - Roissy
      Aujourd’hui : 1h (RER D+B) // Demain : en 7 minutes en TER

Pour Amiens et Creil en particulier, le projet permettra des gains de temps de parcours de l’ordre de 30 minutes en moyenne vers les principales agglomérations françaises de l’Est et du Sud-Est (Lyon, Marseille, Strasbourg...) par rapport à un passage par les gares parisiennes ou la gare TGV Haute-Picardie.
Les trajets Amiens-Lyon et Amiens-Strasbourg directs seront d’un peu plus de 3 heures et Amiens-Marseille de moins de 5 heures (en projet, 40 mn de moins pour les temps depuis Creil).

     Amiens-Lyon : Aujourd’hui : 3h50 // Demain : 3.10
     Amiens-Marseille : Aujourd’hui : 5h30 // Demain : 4h55
     Amiens-Strasbourg : Aujourd’hui : 3h50 // Demain : 3h10
     Creil-Lyon : Aujourd’hui : 3h20 // Demain : 2h30
     Creil-Marseille : Aujourd’hui : 4h30 // Demain  : 4h15
     Creil-Strasbourg : Aujourd’hui : 2h55 // Demain  : 2h30

En outre, les services TER Roissy-Picardie depuis les gares desservies sur les lignes jusqu’à Amiens et Compiègne permettront de rejoindre directement la gare TGV de Roissy et de profiter de l’offre de TaGV importante, avec environ 50 trains par jour vers toutes les destinations.

       Accès au réseau grande vitesse

               

Tous les territoires reliés à Creil, Compiègne ou Amiens en TER bénéficieront d’un meilleur accès au TaGV et à Roissy, grâce aux synergies qui pourront être mises en place entre le réseau TER et les futurs services Roissy-Picardie, par correspondance dans ces gares.

Ces gains bénéficieront également aux usagers du Nord-Est du Val d’Oise qui disposeront d’un accès plus performant à la gare TGV de Roissy, via Survilliers-Fosses (interconnexion avec le RER D), en moins de 10 mn, ou de Creil en un peu plus d’un quart d’heure.

Le coût du projet

Le coût d’investissement du programme global d’infrastructure a été estimé à 356 M€ hors taxes aux conditions économiques de janvier 2017 (études d’avant-projet sommaire – APS).
Une décomposition en deux phases est prévue :

  • la première phase, d’un montant de 294 M€, permettant de mettre en œuvre les principaux objectifs du projet, intègre la réalisation de la ligne nouvelle, le raccordement à la ligne classique à Marly-la-Ville ainsi que les aménagements indispensables sur la ligne classique Paris-Creil-Amiens, en gare de Survilliers-Fosses, Amiens et Roissy TGV ;
  • les autres aménagements, pour un montant de 62 M€, notamment en gare de Chantilly-Gouvieux (création d’une 4ème voie) et entre Marly-la-Ville et Survilliers-Fosses, pourront être réalisés dans une phase ultérieure, avec l’objectif d’améliorer la robustesse de l’exploitation de la ligne en cas de modification des grilles horaires.